En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

TicBot, l’objet qui traduit nos tics numériques

Le TicBot - comme son nom l’indique, vient de « tic » et de « bot » (robot) - est fabriqué selon le principe du « Do It Yourself ». Il mesure notre activité numérique, la transforme en data puis la rend tangible… et nous faire prendre conscience d’usages parfois excessifs.

Ce drôle d’objet-data a vu le jour dans un espace nommé « le 3e Lieu », réservé aux salariés d’Orange, dédié au partage, à la fabrication et au prototypage sur le site d’Orange Gardens.

Avec ses airs mi-robot…mi-boîte…, au premier abord on a du mal à imaginer à quoi il sert…mais dès qu’il s’anime il est bluffant ! L’intensité de notre activité numérique est difficile à percevoir, c’est là qu’intervient ce petit objet-data TicBot. Son job ? Mesurer l’intensité de l’activité numérique sur son mobile (donnée captée : nombre de déverrouillage par heure de l’écran du mobile), enregistrer et restituer la donnée pour la rendre tangible afin de faire prendre conscience aux utilisateurs de l’intensité de leur activité. Ainsi cet objet peut aider à la déconnexion.

>> Téléchargez le mode d’emploi pour construire votre propre Ticbot

Au-delà de l’objet « DIY » (niveau de difficulté : intermédiaire) à réaliser soi-même, le TicBot répond à de véritables enjeux : étudier les réactions du public face à une restitution originale de nos habitudes « tics », et aussi explorer la matérialisation des données incarnée dans un simple objet.

TicBot, comment ça marche ?

Très tendance avec son look « vintage », le TicBot fait même preuve d’humour quand il vous restitue votre état : d’un état calme se balançant tranquillement, ses cheveux en laiton (voir la photo) se dressent soudainement sur sa tête si l’activité sur son mobile est trop intense… C‘est sa façon à lui de dire « Attention, activité numérique trop intense… restez zen ! »

Pour traduire nos différents comportements, 4 niveaux ont été définis :

> usage faible : nombre de déverrouillage inférieur à 2 par heure
> usage moyen : nombre de déverrouillage compris entre 2 et 4 par heure
> usage important : nombre de déverrouillage compris entre 4 et 8 par heure
> usage intense : nombre de déverrouillage supérieur à 8 par heure

Le nombre de déverrouillages du téléphone mobile de l’utilisateur est capté via une application installée sur le smartphone et cette donnée est enregistrée en temps réel puis restituée et répartie en 4 niveaux (voir l’image ci-dessus)

Pour que cela fonctionne, entre le TicBot et le smartphone de l’utilisateur, il y a un serveur mais pas seulement… Une appli Androïd TicBot, connectée au serveur, capte la data – soit le nombre de déverrouillages du smartphone de l’utilisateur – puis la transmet au serveur qui lui-même renvoie cette information, data, au TicBot. Celui-ci réagit alors aussitôt, se met en mouvement. en allumant ses « yeux » et en faisant bouger ses « bras ». Associé au mouvement du TicBot, ses yeux s’allument, et leur nombre et couleur indiquent le nombre de déverrouillages atteints par heure. Tout d’un coup, l’objet devient robot.

Ce petit objet-data, mis au point par une équipe d’Orange Gardens (Catherine Ramus, ingénieur designer, Huieun Kim, designer et Tristan Savina, développeur), est le fruit d’un projet de recherche initié par l’Orange Labs Recherche. Il séduit et rencontre déjà son public ! En effet, le TicBot sera présenté au Maker Faire de Paris, le grand événement annuel des makers, qui se tiendra à La Villette du 9 au 11 juin 2017.

Et ce n’est qu’un début, d’autres objets « Do It Yourself » pourraient bien voir prochainement le jour au 3e lieu d’Orange Gardens…

>> Pour en savoir + sur l’histoire du DIY

Mots-clés :

, , , ,